mercredi 14 septembre 2016

Des papillons devant les yeux

Cet été, en Savoie, une chenille a envahi les buis, les a dévoré, les a laissé secs et cassants. De cette chenille naquit un papillon, un joli papillon blanc et beige, qui vit la nuit et qui a gâché les soirées en terrasse de tout le monde.



C'est une variété endémique, exotique, arrivée ici à cause de la mondialisation, transportée dans la soute d'un avion japonais ou dans le bagage à mains d'un homme d'affaire chinois. Une belle histoire, que celle de ce papillon voyageur !

Il n'empêche qu'en France, ce papillon n'a pas de prédateur. Il peut donc pulluler en toute liberté et il ne se gêne pas.

Plus je pense à cette histoire, plus je me dis que l'Homme est un papillon envahisseur, une chenille dévoreuse. Nous mangeons tout ce que nous pouvons, quitte à en être malade, quitte à n'avoir plus rien à manger dans peu de temps. Nous sommes imprévoyants, inconséquents, mus par nos seuls instincts de survie. Et nous n'avons pas de prédateurs...sauf nous-même.

Cela finira mal.