mercredi 16 janvier 2013

Pleure pas, si t'es un homme, oh ! comme ils disent...

Mon blog principal est maintenant suffisamment vieux pour qu'on puisse faire des statistiques. Tenez, par exemple, sur un thème en particulier : l'homosexualité. Je me suis rendue compte qu'en tout et pour tout, depuis la création de ce blog, je n'avais parlé de ce sujet que 11 fois. Dont 9 depuis octobre dernier...

Je dis ça, je dis rien. 

C'est pourtant un sujet qui me concerne au premier chef. Mais la plupart du temps, soyons franc, ce n'est pas du tout un problème pour moi. Ce n'est pas un sujet de préoccupation majeur.

Je suis bien dans ma peau. Je ne suis pas sur les chars de la gay pride, mais forcément, il n'y a pas de gay pride à moins de 200 km de chez moi...Je suis une lesbienne de campagne, classique. Au boulot, dans la vie, si on me demande, je dis que je vis avec une demoiselle, si on ne me demande pas, je ne porte pas un gay flag et un tatouage sur le front. Je fais juste en sorte que ce soit naturel, normal et parfois, je fais en sorte que ça ne dérange pas les personnes qui risquent d'être dérangées ou celles qui pourraient me mettre mal à l'aise par un comportement de rejet. Je me protège, en fait.

Je ne sais pas si c'est l'attitude qu'il faut, il me semble juste que c'est une attitude raisonnable. 

En ce moment, avec cette histoire de mariage pour tous, j'ai l'impression de me transformer en geignarde, en pleureuse, en gamine qui chouine. Ce n'est pas une impression agréable. Mais je me dis que ça doit refléter un état réel : je suis abasourdie par tout ça.

Je crois que je n'avais pas réellement rencontré l'homophobie avant. J'avais subi le courroux de mon père, oui, j'avais essuyé quelques insultes dans la rue, quelques fois, quelques regards dégoûtés, parfois, j'avais pleuré quand la loi sur le PACS avait été rejetée une première fois, et quand Boutin avait sorti sa Bible à l'Assemblée, mais finalement, ce n'était pas grand chose.

Je croyais fermement que la société avait évolué, justement, depuis le PACS. Sans doute avait-elle un peu évolué. Mais pas assez : il y a encore des gens capables de prendre un bus, tôt, un dimanche matin pour aller manifester contre une orientation sexuelle, dans un froid dimanche de janvier.

L'évolution d'une société passe aussi par des lois...
Aujourd'hui, à l'assemblée nationale, les députés ont adopté en commission, l'article 1 relatif au mariage pour tous.

CC

8 commentaires:

  1. « C'est pourtant un sujet qui me concerne au premier chef. »

    Vous devriez dire “à la première cheftaine”, sinon vous allez vous mettre mal avec Mamie Euterpe…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je vous en prie, ne me l'attirez pas ici, je crois bien qu'elle ignore mon existence...

      Supprimer
  2. Sinon, plus sérieusement, vous vous sentiriez sans doute nettement moins mal à l'aise si vous ne vous obstiniez à prendre pour de l'“homophobie” ce qui n'en est pas – ou alors de façon très minoritaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ce n'est pas de l'homophobie, ce sont juste des gens qui veulent me pourrir la vie...

      Supprimer
  3. Tiens ! Le meilleur client de ce blog est le vieux.

    Je voulais dire que j'ai eu une mauvaise en lisant "je suis une lesbienne de campagne"... Désolé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais on peut se lancer là-dedans, si vous voulez (puisque la taulière semble occupée ailleurs) ! Par exemple en établissant des différences entre la lesbienne sur terre battue et la lesbienne sur gazon…

      Supprimer
    2. Ah ! Non. Nous sommes sur un blog de haute tenue.

      Supprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.