mardi 23 juin 2015

Fuite du fluide

(Je hais les journaux intimes, je le rappelle : ce que j'écris là n'est pas la vérité, merci, merci, merci !)




Il ne faudrait pas que les gens pensent que je pense. Il ne faudrait pas que les gens s'imaginent que j'ai de l'imagination. Je ne suis qu'une masse de chaire informe à la recherche du moule qui fera d'elle une pièce mangeable pour le monde qui l'entoure. Je suis malléable, je suis la bonne pâte à modeler, verte, rouge, bleue.

Quand le fluide de l'autre qui pense pour moi m'abandonne, je tombe comme la robe qu'on quitte et je glisse sur le sol, patapouf, bave aux lèvres. Il faut qu'on insuffle en moi l'énergie vitale. Sans ça, mon sang fuit et les nerfs me lâchent. Les fils de la marionnettes sont coupés par une main invisible qui jette du sable dans mes yeux cerclés de noir, qui me fait lentement tomber aux pieds de Morphée. Lamentable, recroquevillée, roulée en boule, le corps cassé, trop froid, trop chaud, brisée...




1 commentaire:

  1. Cycee liquéfiée je n'y crois pas une seconde ! Cycee fatiguée par une année scolaire difficile, un engagement politique vécu intensément, une super journée festive ... Un magnifique événement en préparation, Certes ! mais fluidifiée oh ! NON !
    Sont toujours là, l'esprit vif et l'imagination dans les start ing "blogs", dès que le vent aura soufflé sur les gros nuages de fatigue accumulée, tel le Phénix, Super Cycee BAH renaitra !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.