samedi 12 mars 2016

Quand ceux qui vont...

Est-ce parce que l'hiver se traîne encore un peu ? Ambiance quelque peu mortifère en ce moment. La vie qui vient, la vie qui s'en va...et nous restons, pour pleurer.

Je pense à vous, à ceux qui s'en sont allés dans la blonde lumière...Je pense à mon père, comme tous les jours depuis 3 ans et demi...Il y a plus de 3 ans, déjà...




Chaque jour, je me dis qu'il faut que je garde de lui le meilleur : sa force, son optimisme, sa volonté de toujours apprendre, toujours faire les choses pour un intérêt commun, toujours faire preuve de sincérité, de vérité, toujours rester intègre à ce qu'on est, fier de ce qu'on est et d'où l'on vient. 

Ambiance mortifère, mais le soleil revient...Le jour se lève encore....




2 commentaires:

  1. Bel hommage à un père disparu, j'en ressens toute l'émotion pour avoir perdu le mien, mort si jeune, alors qu'il avait encore tant de choses à nous transmettre à mon frère et à moi, tant de choses à réaliser dans sa vie personnelle et professionnelle. Son souvenir reste intact dans ma mémoire, même si après 40 années de séparation, les contours du visage s'efface peu à peu, sa présence, l'ensemble de son être, l'éducation reçue, respect de l'autre, partage ... l'esprit du père qu'il fut est toujours avec moi, en moi, comme la certitude que dans cet au-delà où il est, il me protège, il protège sa famille, avec ce regard de bonté humaniste qui le caractérisait si bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ces mots qui font si bien écho aux miens...
      :)

      Supprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.