lundi 11 avril 2011

Religions

J'ai un vrai problème avec la religion.



J'ai eu une éducation religieuse : messe tous les dimanches, catéchisme, communions, confirmation...

J'avais une Grand-mère pour qui cela comptait. Quand on est enfant, s'ennuyer à la messe le dimanche n'est pas sans laisser un goût pour le mystique, pour le silence, pour l'odeur de l'encens et pour les jolis contes de la Bible.

Quand j'étais petite, je crois bien que la soeur Germaine qui nous faisait le catéchisme m'avait convaincue de rentrer dans les ordres, par sa douceur et la façon si ronde qu'elle avait de raconter les mystères et les miracles de Jésus. Je m'étais persuadée d'être une appelée, d'avoir la vocation.

Et puis le temps a passé. Les belles histoires perdent de leur charme quand on les raconte chaque année. Et lorsqu'on se met à les entendre d'une oreille raisonnable, on se demande pourquoi il faudrait plus y croire qu'au Père-Noël, à la fée Clochette ou au marquis de Carabas.

On voit soudain les failles. On voit soudain que tout cela est liberticide. Que tout cela va à l'encontre de la loi des êtres humains.

Je ne crois pas en Dieu. Ou alors un Dieu cruel comme dans l'Ancien Testament. Ou encore un Dieu qui nous a abandonné, il y a longtemps, lorsqu'il a vu que son jouet était cassé.

A la fac, j'ai étudié la Bible et je me suis penchée aussi sur le Coran. Force est de constater que ce sont les mêmes contes et légendes qui composent ces deux livres magistraux. Car oui, c'est de la belle littérature. On a repris les mêmes personnages, dans le Coran, les mêmes situations. On a interpréter l'histoire un peu différemment, on a fait de Jésus un prophète.

En tout cas, je vois le danger de la religion qui affirme sa vérité comme la Vérité. C'est le cas des trois religions monothéistes les plus répandues. Difficile de cohabiter quand on est trois à prétendre détenir la Vérité absolue...

Et puis il y a les fameux principes qu'imposent chaque religion : ne pas manger ceci, ne pas boire cela, ne pas coucher avec celui-là, encore moins avec celle-là...Ne pas s'habiller comme ci ou revêtir cet affreux chapeau...

Bref, tout cela est absurde.

La religion a produit de belles choses, cependant : elle a permis aux hommes de se surpasser. De produire des œuvres d'art. J'admire cela. Mais je n'oublie pas que c'est le fait des hommes. Les plus beaux livres ont été écrit pour parler de Dieu. Mais toujours les auteurs évoquent le doute. Sans le doute, pas de mysticisme. On est jamais sûr de rien. On connaît bien peu de St Paul...

En tout cas, aujourd'hui qu'a été voté cette loi sur la burqa, je suis partagée entre plusieurs sentiments : cette loi devrait être inutile, l'infâme devrait être écrasé depuis longtemps, cette loi ne concerne que quelques folles ou que quelques maris tyranniques qui imposent cette horreur à leur femme...

En même temps, il me semble important de dire et de redire que la religion ne doit pas gêner la vie et les lois de la République. Toujours la loi des hommes, lorsqu'elle est démocratique, doit prévaloir sur la loi d'un Dieu présupposé.

Mais dans le fond, je ne suis pas profondément choquée par ces femmes qui décident de se cacher ainsi. J'ai eu quelques élèves tentées par ce déguisement. Je me souviens d'une en particulier : elle était convertie. Elle s'appelait...Jennifer ou Brenda, vous voyez...Elle était en pleine crise d'adolescence. Et ses parents ne voulaient pas entendre parler de ça. Mais elle a pris le voile, elle a arrêté de manger du porc et s'est affirmée comme convertie.

Au niveau des idées à la con, c'était la pire. La plus extrême : du genre à regarder la composition des bonbons avant de les manger, à ne pas manger à côté d'un non musulman...

Bref, du grand n'importe quoi. Comme s'il fallait qu'elle prouve qu'elle était encore plus musulmane que les musulmans.

Aujourd'hui, ça lui a peut-être passé. Allez savoir, elle est peut-être gothique, maintenant. L'adolescence a de ces mystères...Et de ces provocations...

N'empêche que dans les reportages télé que j'ai vu ce soir (sur France 2 et sur M6), j'ai repéré au moins deux "converties" parmi les emburquées interviewées...

Rien d'étonnant...

CC

2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Ce commentaire vient d'une incompréhension. Ce billet avait très bien commencé, en prônant la liberté et la réflexion.
    Mais à partir du moment où vous parlez de la loi sur la burqua, ces notions s'évaporent...
    Cette loi ne concerne pas quelques "folles" (pas très respectueux comme façon de définir une personne), elle sert juste à stigmatiser une partie du peuple Français. Objectif atteint puisque votre discourt les lynche abondement sans aucune forme de procès !

    Pour info, j'suis agnostique et le respect me tient particulièrement à coeur.

    Concernant les autres billets plus récent, c'était un plaisir de vous lire. Surtout le billet sur votre métier.

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir,
    Je ne parle que d'un constat personnel reposant sur des rencontres d'individus constituant tout autant d'exemples particuliers qui ne sauraient constituer une règle générale.
    Mon respect est total. D'ailleurs, en ce moment, j'ai la liberté d'avoir les ongles peints en vert.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.