mardi 23 octobre 2012

Fatigue

D'épuisement, j'arrive à dormir environ une nuit sur deux. C'est déjà pas mal.

Le reste du temps, j'ai le coeur qui s'emballe et les idées noires qui commencent leur défilé.

Mais il a quand même fallu reprendre le travail et la période commence à se faire longue. Les élèves sont électriques, fatigués, eux aussi.

L'énergie que me demande chaque heure de cours est un bien : pendant ce temps-là, je ne pense pas à autre chose. Je suis obligée d'avancer. Il faut tenir, pas le choix.

J'ai cette chance. Ma mère se retrouve seule, à la retraite. Les journées sont longues et les soirées, encore plus...

J'ai une chance, aussi. Enfin, je ne sais pas si c'est une chance. Mais j'arrive à me créer des obsessions qui me détournent des idées noires. D'où mes articles de la semaine dernière sur l'homosexualité. C'est un dérivatif. Mais il ne faut pas non plus que ces idées annexes viennent prendre le dessus et m'empoisonnent.

Le débat était intéressant, en tout cas. Et Annabel m'a envoyé une belle réponse par mail. Il faudra que je vous en reparle...

CC

7 commentaires:

  1. avec ce que tu vie aujourd'hui c'est bien normal que le moral ne soie pas au beau fixe, c'est facile a dire mais il faut du temps.... les vacances arrive sa va te permettre de prendre un peu du temps pour toi. ne te fait pas trop de souci pour ta maman elle ai bien entourer. gros bisous courage (laetitia)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Laetitia...Je sais bien qu'elle est bien entourée, mais je suis loin...c'est difficile...Mais tu as raison : c'est bientôt les vacances...
      Bises

      Supprimer
  2. oui j'imagine que la distante ai difficile a vivre particulierement dans des moments si difficile... courage bisous peut etre au vacance je vais passer quelque jours chez mes parents avec les enfants bisous

    RépondreSupprimer
  3. Ne reste pas seule en ce moment. Entoure toi de tes proches, de tes amis, repose toi sur eux, même si c'est difficile de lâcher prise. Parfois il faut réussir à le faire, réussir à se faire entourer, réussir à dire "là, stop pour moi, je peux plus, c'est dur."
    Les vacances vont arriver, elles n'effaceront pas la douleur. Mais elle te feront une coupure avec le boulot. Ce sera déjà ça de pris... Essaye de te reposer. Autant que tu peux.
    Des bises voisines.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Miss !
      Je fais ce que je peux pour me détendre...mais la fatigue est trop grande...Sinon, je suis bien entourée, pas seulement sur internet. J'ai de la chance...
      Bises

      Supprimer
  4. Les pleurs épuisent. Dors le plus possible. Je t'embrasse fort.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.