lundi 22 octobre 2012

Femme forte ?

C'est étonnant, je crois que je passe pour une femme forte. Le genre qui n'a peur de rien, qui est solide. La tête bien faite, les épaules carrées. Pourtant, à moi, il me semble que je suis fragile, faible, friable, facilement influençable. Et pas seulement pour l'allitération en F.

Depuis que je suis petite, on me dit : "Tiens, descends à la cave, toi, tu n'as pas peur du noir." On me donne des responsabilités. On pense que je vais assurer. On me dit : "Soutiens ta mère. Tu es un roc pour elle."

Je ne sais pas si je suis un roc. Et une avalanche est toujours possible.

Bien rares sont ceux qui me disent : "Et toi ? ça va ?"

Il faut dire que je réponds toujours oui. C'est mon père qui me disait ça : "Si on te demande comment ça va, réponds oui. Cela fait plaisir à tes amis et contrarie tes ennemis."

Alors ça va. J'ai le sourire facile. 

Mais en dedans je suis une petite flamme vacillante. Et c'est pour cela que je remplis ce blog en ce moment.

Désolée.

CC

7 commentaires:

  1. Je m'attendais presque à ce que tu me répondes "non" à cette fameuse question dimanche...tu as dit "oui"..et malheureusement je crois qu'on n'a pas pris assez de temps pour discuter plus profondément...trop de pudeur peut-être..désolée de ne pas être mieux là...ma ligne/mail te reste ouverte si tu le souhaites...

    F.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Florence. Je suis trop pudique, oui, mais je m'étale sur internet. C'est paradoxal. Mais je trouve mieux mes mots à l'écrit. Et je sais que je suis lue par ceux qui comptent. C'est mieux comme ça. Je suis un peu fada...
      Bisous

      Supprimer
  2. J'espère ma CC que quand je te demanderai si ça va demain tu ne me répondras pas un oui de façade ou de pudeur... tu sais qu'on peut parler de ces choses là et ne pas avoir peur de se montrer "fragiles"... On l'est tous à un moment dans savie. Ce qui fait la beauté d'une amitié c'est aussi de pouvoir avoir des gens à qui on peut dire ça va pas. Alors bien sûr là où on se croise, au boulot c'est pas toujours le lieu de s'épencher, il y a d'autres oreilles mais sans se le dire on peut se comprendre... et puis effectivement c'est parfois plus facile de dire les choses par écrit, on a le temps de peser ses mots ou de trouver le mot juste.
    Et je ne suis pas trop d'accord avec ton papa :-): c'est aux vrais amis que ça fait quelque chose d'entendre de la bouche d'un ami proche que "ça ne va pas"... moi ça ne me fait pas plaisir d'entendre que tu ne va pas mais que tu me dis (peut-être)le contraire... ça m'attriste plutôt de ne pouvoir t'aider!
    Allez , gros gros bisous
    C.S.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, Caroline. C'est difficile de parler, d'exprimer. Je ne peux pas être toujours dans la tristesse et les larmes, il faut aller de l'avant...surtout au collège...mais je sais que tu es là...

      Bisous

      Supprimer
  3. que veux dire femme forte???? tout et rien en meme temps... la perte de son papa n'ai pas rien tu a le droit toi aussi d'avoir envie de pleurer et meme de pleurer, d'etre triste nostalgique,....et c'est bien normal. si tu n'avait pas d'émotion tu serais un coeur de pierre et non une femme forte... chacun a ces propres faiblesse, ces propres émotions en les gardant pour toi tu risque de ne pas avancer et faire ton deuil. oui ta maman a besoin de toi de vous mais si tu en a besoin elle peut aussi etre la pour t'épauler toi et te réconforter. une maman peut etre bien plus forte qu'on ne peux l'imaginer fasse a la peine de son enfants. tu ne peut porter le chagrin de tout le monde et ecouter le tien. laisse toi aller a tes émotions et tu verra sa te ferra bcp de bien et sa ne ferra pas de toi une femme faible .... courage quant le chagrin t'aurra quitter il ne restera que les meilleurs moments (laetitia)

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.