jeudi 25 octobre 2012

Tout ce qui restait à partager

Voilà ce qui est difficile. C'est ce qui restait à partager.

Tout n'a pas toujours été simple avec mon père. Il n'était pas un grand bavard. Il parlait rarement de ses sentiments. Il n'était pas non plus démonstratif, en baisers ou en câlins...

Quand je lui ai annoncé mon homosexualité, cela a été difficile. Il a eu du mal à l'accepter, ce qui est normal, pour un père. Il y a forcément plusieurs sentiments qui se mêlent : la déception, la peur de ne pas avoir de petits-enfants, la peur que sa fille soit malheureuse...La peur du qu'en dira t-on...

Je suis la fille de mon père : dans le genre obstinée. Pas question de faire des concessions là-dessus, c'était une évidence...Nos relations ont été un peu tendues quelques temps et puis il a fait connaissance avec ma compagne et il a accepté la situation.

Ces derniers temps, il était beaucoup plus émotif et il osait le montrer. Je crois qu'il était passé outre les considérations de peur ou de jugement. Il aimait beaucoup mon amie et il était fier de moi, je crois.

Il lisait chaque matin mon blog, il discutait souvent avec moi. Je crois que j'allais enfin pouvoir parler avec lui de choses profondes.

Cette mort subite est un gâchis.

CC

1 commentaire:

  1. Ce qui l'aurait été vraiment, c'est de ne pas vous retrouver. On entend souvent des gens dire qu'ils regrettent de ne pas s'être réconcilié avec leur parent avant que la vie ne les sépare. Vous vous êtes retrouvés. Il a aimé ta compagne, il a approuvé ton choix. C'est très important. Quand tu regardes Amandine, tu peux te dire cela : il l'a aimée. Lui aussi.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.