mardi 20 novembre 2012

Culpabilité, fierté, colère...

Il y a des soirs où rien ne va. Ou plutôt, il y a des soirs où tout se bouscule. J'aurais aimé parler de ma culpabilité. Mais en même temps, j'aurais voulu parler de ma fierté. J'aurais voulu évoquer ma colère, aussi. A plusieurs motifs, d'ailleurs.

Culpabilité.
Je vais bien. Oui, je dors mieux. Mon travail me passionne et occupe mon temps. Mes blogs occupent le reste, avec les amis, l'amour...Bref, la vie. Et puis, j'ai ma mère au téléphone. Je suis loin. Je ne sais pas l'aider.

Fierté.
Un élève que je n'ai plus depuis 3 ans, qui est maintenant en Terminale, m'écrit et me fait confiance, au point de me confier des choses importantes. Parfois, dans mon métier, on récolte ce qu'on a semé et c'est bon. Merci.

Colère.
Le président que j'ai choisi a eu une phrase fort maladroite et ça me chiffonne. (Mais cela, j'ai pu en parler...)

Nous avons des problèmes ridicules de hiérarchie au boulot qui nous empêchent de mettre en place un projet intéressant pour les élèves.

Je ne peux pas en dire plus. Mais voilà les sentiments qui se bagarrent en moi ce soir. 

CC

1 commentaire:

  1. Et moi, je suis d'autant plus fier d'avoir eu une professeure de Français telle que vous, qui m'avez fait étudier nombre de documents que je retrouve maintenant en terminale (On va attaquer l'art engagé. Candide, Le déserteur de Vian, le dormeur du val, etc.).

    Et qui maintenant, m'aide à apprendre ce qu'il n'y a pas d'écrit dans les livres. Vous, merci.

    -Kelbim.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.