samedi 3 novembre 2012

Femme au bord de la crise de nerfs

Ces vacances sont sans doute les moins reposantes que j'ai vécues depuis longtemps. On me dit pourtant tout le temps : "Ah ! C'est bien, vous avez 15 jours de vacances, cette année, grâce à ce gouvernement de coco..." Et pourtant, je suis épuisée.

Je suis en Savoie, j'aide ma mère. Il y a eu le notaire, les papiers, les courriers, les visites, le moral à remonter, les tracas du quotidien qui deviennent une montagne...

Je n'aime pas me plaindre, mais finalement, ce blog est là pour ça. Je n'en peux plus. C'est de la fatigue morale. Il faudrait que je dorme et sans faire des rêves tordus, il faudrait que je puisse avoir de vrais moment de vide. Heureusement, Amandine est là et elle m'aide, elle aussi.

Cependant, je me pose des questions...

Comment vraiment aider ses proches, dans le deuil ?

Est-ce qu'être trop présent est vraiment une aide ?

Est-ce que la vie doit continuer comme avant ?

J'ai peur de devenir une béquille indispensable et je ne suis pas sûre d'arriver à tenir ce rôle...

En fait, je suis sûre de ne pas pouvoir tenir ce rôle. Les réponses sont contenues dans les questions. 

CC

4 commentaires:

  1. Courage CC, fais du mieux que tu peux, et pense aussi à toi, la vie continue, quoi qu'il en soit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut que la vie continue...Pas si simple, au quotidien...Mais on va tout faire pour que cela soit ainsi... Merci, See Mee...

      Supprimer
  2. Écrire, encore et toujours...
    Tenir.

    RépondreSupprimer
  3. Tu as aussi le droit de ne pas vouloir tenir ce rôle...
    Flo.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.