lundi 12 novembre 2012

To be or not to be une lesbienne à la gay pride ?

Quel est le meilleur moyen de défendre les droits des personnes homosexuelles ? 

C'est un peu la question que je me posais il y a quelques temps sur ce blog. Ma question n'était pas très claire et ma réponse un peu alambiquée.

Pour schématiser, je me demandais s'il fallait que je sois plus "visible", que je me transforme en camionneuse pour coller à l'image qu'on attend de moi, ou s'il fallait que je participe à la gay pride déguisée en...en je ne sais quoi d'ailleurs. Je ne suis pas vraiment "communautariste". Je vis en province et pas dans le Marais.

Coller à l'image qu'on attend de moi, pour peu que l'on sache que je suis homosexuelle, voilà une idée étrange. Mais il m'est arrivé de surprendre, lors d'une première rencontre de blogueur, parce que les gens n'attendaient pas à me voir ainsi...Le blogueur en question se reconnaîtra : la discussion fut intéressante et je crois que j'ai réussi à changer des idées reçues sur le sujet en étant moi-même, mieux qu'en étant ce qu'on attendait de moi...

Mais il n'empêche que l'idée de modèle identifiable reste une bonne idée : j'ai expliqué que si j'avais réussi, à l'adolescence, à assumer ma sexualité, c'était aussi grâce à certains de ces modèles clairement reconnaissables. Encore fallait-il que ces modèles soient positifs, bien sûr : alors au delà du look, il faut aussi une réussite sociale, être bien intégré, vivre "normalement". En fait, l'idée de norme est au cœur de ces interrogations.

D'ailleurs, lorsque nous sommes en plein cœur de ce débat pénible sur le mariage pour les personnes de même sexe, je trouve qu'il est intéressant de s'interroger sur la norme. Aujourd'hui, le texte de Virginie Despentes m'interpelle : elle répond avec beaucoup de violence à cette autre violence qui consiste à ne pas nous considérer tout à fait comme des êtres humains, en nous refusant les mêmes droits que les autres. C'est une autre manière de militer. Le rapport à la norme est toujours une question de point de vue et le point de vue qui s'exprime à travers ceux qui s'opposent au mariage pour tous, c'est la voix de l'homme. Dans le débat, les gays ne peuvent pas être considérés comme des hommes normaux et les lesbiennes n'existent presque pas, sauf quand on parle des enfants, de l'adoption et de la PMA. On réduit une fois de plus les hommes et les femmes aux rôles qu'on attend d'eux.

Je crois aussi que le lesbianisme, pour revenir à ce sujet précis, est aussi un féminisme. Et que ce que nous mettons en question, fortement et avec impudeur, c'est la femme, sa place, sa sexualité, son rôle dans la société. Ce sont encore des sujets tabous. C'est un des nœuds du problème.

Je parlais il y a peu avec un oncle que j'aime beaucoup et qui est un soutien, dans la période difficile que je vis. Il a compris, avec beaucoup de finesse et de psychologie, la corde raide sur laquelle on avance : il faut vivre sa vie, s'épanouir, être heureux et équilibré, autant que possible, pour soi, mais aussi pour ceux qui nous aiment. Mais il faut aussi juger de ce qui est utile à dire et à faire en fonction de ceux qui nous aiment, aussi : est-il vraiment nécessaire de choquer des grands-parents qui ne sont pas prêts à accepter cela ? Est-il nécessaire d'imposer son mode de vie à des gens qui ne pourraient pas le comprendre et qui s'en trouverait mal à l'aise ? Il faut savoir jongler entre tout cela avec subtilité, au quotidien et c'est un exercice difficile. Et puis est-on toujours sûr de la réaction de ceux à qui on craint de le dire ? Comment savoir ? Comment n'avoir point de regrets, ensuite ?

Beaucoup de questions, pour une réponse, n'est-ce pas, Annabel ?

CC

7 commentaires:

  1. Réponses
    1. Un breton frisé qui répondait assez bien au look attendu ! Mais avec beaucoup plus de finesse et d'esprit ! :)

      Supprimer
  2. « C'est un des nœuds du problème. »

    C'est même le seul, a priori…

    (Pas la peine de crier : je suis déjà sorti !)

    RépondreSupprimer
  3. Effectivement beaucoup de questions, mais avec un tel sujet... Nos place et rôle dans la société et dans notre famille, l'image que nous souhaitons renvoyer... Tout cela va amener encore plus de réponses de ma part je crois!
    A suivre...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.