lundi 3 décembre 2012

L'homophobie n'existe pas...

L'homophobie n'existe pas. C'est vrai. Je suis capable, moi qui suis homosexuelle, de passer des semaines entières sans la rencontrer, l'homophobie.

- Je le redis, au cas où : je n'aime pas le terme "homophobie", ce n'est pas de la peur qu'éprouvent ces gens. C'est de la haine. Ou, le plus souvent, c'est juste de la connerie. Parfois, ils ont peur, remarquez...Par exemple, ils ont peur de perdre leurs droits en en donnant plus à d'autres. Mais c'est juste de la connerie, en fait. -

Mais revenons au sujet principal. Donc, l'homophobie n'existe pas. Par exemple, si je ne traverse pas la cour de récré plusieurs jours de suite, pendant les vacances, par exemple, eh bien, je n'entends jamais des mots comme "pédé", "tapette", "sale gouine"...Bah ! Un prof n'a rien à faire dans une cour de récré...

Par exemple, si je ne regarde pas l'émission "Complément d'enquête", je ne prends pas conscience qu'il y a des cathos réactionnaires qui me jugent déviante et pécheresse. Je ne vois rien des crimes commis en Afrique du Sud et des viols correctifs de lesbiennes. Je me rends pas compte, si je ne regarde pas ça, qu'il y a un gay qui fait une tournée dans toutes les sacristies de France, pour me représenter, moi et tous les homosexuels, pour parler en mon nom, pour dire que les homos sont incapables d'avoir une relation stable. C'est vrai, ça je n'ai qu'à pas regarder ce genre d'émissions. Il doit bien y avoir une redif de La Cage aux Folles sur une chaîne de la TNT.
Non, l'image n'a pas de rapport. C'est mon blog !

Si je ne me balade pas la nuit avec ma compagne dans un quartier qui ne serait pas le Marais (c'est à dire partout ailleurs en France), je n'ai aucune chance qu'on me crie des trucs genre "Eh ! Les lesbiennes, ça vous dit, un truc à trois !". C'est à ça que ça sert, le couvre-feu...Et puis finalement, c'est de l'amour, hein, pas de la haine...

Si je considère pas les propos de certains évêques de France, je ne peux pas me rendre compte qu'on assimile ma sexualité à celle des zoophiles et que j'ouvre la porte à l'inceste...D'ailleurs, ils ne sont pas homophobes, ils ont des amis homo. Mais ils essayent de les remettre dans le droit chemin en prônant l'abstinence. C'est vrai ça, si tu as une sexualité de malade mental, la seule solution, c'est de n'avoir plus de sexualité du tout.

Non, vraiment, l'homophobie n'existe pas. Surtout si les gays restent dans les placards, en fait. C'est vrai, ça...Pourquoi est-ce qu'ils viennent nous mettre leur sexualité sous le nez, ceux-là...? C'est pas les hétéros qui feraient ça, non ! Ce n'est pas eux qui nous imposent la sexualité sur les unes des magazines, dans les pubs pour parfums, dans leurs salons d'auto à la porte de Versailles, hein !

Et quand on dit qu'on est homo, ce ne sont pas eux qui s'imaginent tout de suite les trucs les plus torrides...Ce ne sont pas eux qui s'imaginent entrain de tourner un porno avec deux bombes refaites comme il y en a des tonnes dans les pornos...hétéros...

Bon, j'arrête là, je vais m'énerver...

CC

1 commentaire:

  1. Ce ne sont pas les gays qu'on met dans les placards. Ce sont les amants.

    Il y a quelques années, lors d'un débat/forum, il m'a semblé que l'incompréhension partait d'un manque d'imagination.

    SZouvenez-vous de ce film avec W. Goldberg où, lesbienne pas toute jeune, un ami lui disait : Comment vous faites pour baiser sans bite ? Ou encore cet ami homo qui disait : Tu peux pas savoir comme c'est bon de baiser avec deux bites.

    Un autre oubli : Celui de la liberté d'être. Je suis persuadé que les auteurs de ces moqueries dont vous parlez ne sont que de ridicules peine à jouir.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont modérés pour les billets de plus de deux jours.